Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
22 décembre 2008 1 22 /12 /décembre /2008 15:14
Le problème posé par les sondages, la formulation de leurs questions et l'interprétation de leurs résultats n'est pas récent : en exclusivité, le Sétéblog retranscrit une dépêche ARP (Agence Rome Presse) récemment découverte, qui daterait de l'année 753 av. J.-C.

Rome, le 21 avril

Le drame a eu lieu il y a quelques heures. Les deux jumeaux récemment entrés en politique, Remulus et Romus*, avaient, sur les conseils de leurs attachés politiques, décidé de lancer un grand Sondage Divin afin d'obtenir l'opinion d'un panel représentatif de dieux sur qui dirigerait la ville qu'ils avaient décidé de fonder.

Il a été décidé que le sondage aurait lieu selon la méthode éprouvée des quotas de vautour. Hélas, c'est là que le drame a eu lieu. En effet, il semblerait d'après nos envoyés spéciaux qu'il y ait eu dispute à propos de la émthode exacte à suivre pour obtenir un résultat représentatif de la volonté des dieux.

Remulus, qui avait le premier aperçu des vautous, au nombre de six, soutenait que de toute évidence, les dieux étaient de son côté, tandis que Romus, qui en avait aperçu plus taridvement, mais douze, soutenait lui qu'il était plus que clair que les dieux le favorisaient. On le voit, cette querelle incite clairement les instituts d'augurat à établir une fois pour toutes une seule et unique méthode.

La querelle s'est encore envenimée lorsque les partisans de Remulus ont accusé son frère et néanmoins adversaire d'avoir truqué le sondage divin d'une manière fort peu honorable, ne voyant les vautours qu'après la fin du temps imparti pour le sondage.
Le syndicat inter-augures a profité de l'occasion pour réclamer une meilleure indépendance lors de la réalisation des sondages et a dénoncé les sympathies politiques de certains augures haut placés qui, selon eux, risquent de faire perdre toute crédibilité à la pratique de l'augurat.

Un certain flou entoure encore la suite des évènements : il semblerait que Remulus, ulcéré, ait tenté d'empêcher son frère de fonder sa cité et ait été tué lors d'une bagarre, soir par Romus lui-même, soit par un de ses partisans.

Un drame atroce qui ne rend que plus urgente la convocation de grands Etats Généraux de l'Augurat, qui définirait des règles claires pour la profession, et que Romus a promis suite à ces tragiques évènements.

* Les noms ont été modifiés dans un souci d'anonymat


______

Hum.
Sinon, pour que ce billet ne soit pas complètement n'importe quoi, voici en plus sérieux la légende de la fondation de Rome :

Les deux jumeaux Romulus et Remus décident de fonder une ville à l'emplacement ou ils ont passé leur enfance. Afin de savoir qui aurait le privilège de fonder et de gouverner cette cité, ils décident de consulter les dieux, comme nous le rapporte Plutarque (Vie de Romulus, IX-X). Pour cela, ils décident de s'en rapporter au vol des oiseaux, plus précisément des vautours (Plutarque nous dit à leur sujet que "les devins pensent que les choses très rares n'étant pas dans le cours ordinaire de la nature, elles nous sont envoyées par les dieux pour nous instruire de l'avenir.", d'ou leur utilisation par les augures).

Romulus s'installe sur le Palatin, Remus sur l'Aventin (deux des sept collines de Rome). Et c'est là que survient un problème. Remus voit les vautours en premier, au nombre de six. Romulus ne les voit que plus tardivement, mais au nombre de douze. Romulus se proclame vainqueur, ce qui lui est contesté par son frère.

De plus, Plutarque rapporte que "d'autres prétendent que Rémus vit véritablement les siens ; mais que Romulus trompa son frère, et qu'il ne vit les douze vautours qu'après que Rémus se fut approché de lui".

Remus tente alors d'empêcher Romulus de fonder la ville par l'acte symbolique de la délimitation du pemœrium, enceinte sacrée de la ville qu'il est interdit de franchir en armes. Par provocation, il franchit ce fossé, ce qui vu comme est un mauvais présage augurant du fait que les murailles pourraient facilement être franchies par un ennemi.

Plutarque rapporte alors deux versions de ce qui s'est passé : Soit Romulus lui-même, enragé par cet acte, tue lui-même son frère, soit Remus est tué par une des gardes de Romulus, nommé Celer. Une autre version nous dit qu'il est tué par un centurion nommé Fabius, avec une pelle.

Par la suite, Remus est enterré avec les honneurs sur l'Aventin, et la ville prend le nom de son fondateur, Romulus, premier roi de la cité, pour devenir Rome.

Partager cet article

Repost 0
Published by Setebos - dans Histoire romaine
commenter cet article

commentaires

Wood 26/12/2008 20:01

Qui était-ce déjà, qui disait qu'un augure ne pouvait regarder un autre augure sans rire ?

Setebos 28/12/2008 10:00


Il me semble que c'était Cicéron.


Roland 26/12/2008 19:39

moi j'ai vu 9 vautours perchés sur les arbre près du mausolé d'Houmayoum (j'ai pas cherché à Rome il paraît qu'il n'y en a plus) ça peut aller ? ou le sondage est déjà fini ?

Setebos 28/12/2008 10:25


Ah je ne sais pas, je ne suis pas augure moi. Mais en même temps, si vous avez gagné le droit de fonder Rome, je crois qu'on vous a devancé.