Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
6 janvier 2009 2 06 /01 /janvier /2009 18:25

Les deux précédents billets sur ce thème traitaient des différences entre Sparte et Athènes d’un point de vue institutionnel et militaire. Celui-ci s’attardera sur l’organisation de la société dans les deux cités avec, là encore, de fortes disparités.

La société

     Athènes

Le territoire de la cité d’Athènes est une zone fertile peuplée d’environ 400.000 habitants (un peuplement important qui fait que la cité dépend des importations de blé d’Egypte et de Sicile pour sa subsistance).

De ces 400.000 habitants, une moitié est constituée d’esclaves, l’autre moitié d’hommes libres.

Les esclaves, considérés comme des objets (et pouvant donc être vendus), font fonctionner la cité ainsi que ses mines, au Mont Laurion, ou ils sont entre 10.000 et 20.000 à travailler pour extraire l’argent qui sert, entre autres, à entretenir la flotte de guerre. La cité elle-même utilise de nombreux esclaves, que ce soit à l’Ecclesia, à la Boulé, pour assurer la police ou dans les ateliers monétaires. D’autre part, de nombreux citoyens athéniens disposent d’esclaves privés.

Les 200.000 hommes libres ne sont constitués que d’une minorité de citoyens, les métèques représentant la plus large part du groupe.

En effet, Athènes est une cité qui se montre très avare dans l’octroi de sa citoyenneté. De plus, à partir de Périclès, il faut être né à la fois de père et de mère athénien pour être soi-même citoyen.

Les métèques sont donc tous les hommes libres vivant sur le territoire de la cité mais ne bénéficiant pas de la citoyenneté, et donc pas des droits civiques. Leur statut les astreint au paiement d’un impôt, le metoikon. Ils peuvent exercer toutes les professions et employer des citoyens, mais ne peuvent posséder de biens immobiliers et doivent passer par un citoyen qui se porte garant d’eux pour pouvoir intenter des procès. Ce sont les principaux producteurs de richesses d’Athènes. Ils sont majoritairement originaires de Grèce.

Enfin, les citoyens composent la dernière frange de la population athénienne, minoritaire. Ils sont environ 40.000, et la cité n’a jamais cherché à élargir ce corps civique, mais plutôt à le rétrécir.

Cela peut s’expliquer par le fait qu’un citoyen coute cher, car non seulement il ne paie évidemment pas l’impôt spécifique aux métèques, mais en plus il touche une indemnité, nommée misthos, pour participer à l’Ecclesia. Les citoyens sont facilement identifiables par le fait qu’ils portent trois noms : nom propre, patronyme, démotique, selon ce modèle : Périclès, fils de Xanthipe, du dème de Cholarges (les dèmes étant les 100 ressorts territoriaux d’Athènes).

     Sparte

On a déjà eu l’occasion de voir que Sparte était une cité très conservatrice. C’est également vrai quand on se penche sur sa société.

La cité s’étend sur la moitié sud du Péloponnèse, un territoire bien plus pauvre que celui d‘Athènes. Bien que Sparte soit richement peuplée, les Spartiates ne disposent donc pas de la puissance économique des Athéniens.
Comme pour Athènes, la société est compartimentée en trois catégories.

Comme toutes les cités grecques, Sparte dispose d’un important corps d’esclaves (environ 200.000), mais ils ont un statut particulier. Nommés hilotes, ils sont attachés à un lopin de terre, qu’ils sont chargés de mettre en culture, et ne peuvent être déplacés. Ils ont le droit de se marier et d’avoir des enfants.

Ils sont absolument vitaux pour Sparte car les Spartiates n’ont pas le droit de cultiver la terre ni de faire de commerce. Les hilotes sont donc chargés de remettre une grande partie des fruits de leur travail agricole aux propriétaires des terres auxquelles ils sont attachés. 

Selon Plutarque, tous les ans, les éphores spartiates déclaraient la guerre aux hilotes pour que les kryptes (jeunes spartiates rendus à un certain point de leur éducation, la krypteia) puissent les tuer sans craindre de colère divine. Les kryptes auraient été lâchés dans la campagne avec ordre de tuer les hilotes croisés la nuit. Ceci aurait pour but à la fois d’éviter une trop grande multiplication du nombre des hilotes, qui surpassent déjà très largement en nombre les Spartiates, et de les maintenir dans un climat de peur afin d’éviter toute révolte.

Les habitants libres mais ne disposant pas de droits civiques sont les périèques (littéralement, « ceux qui habitent autour »), au nombre d’environ 60.000. Leur origine remonte à la fondation de la cité de Sparte. Celle-ci s’est formée par un rassemblement de cinq villages, puis a étendu sont autorité sur toute la Laconie sans pour autant que les habitants ne soient intégrés au corps civique. Les habitants de ces cités « colonisées » sont les périèques. Ils disposent d’une certaine autonomie locale et ont des devoirs à l’égard des Spartiates, notamment militaires.

La dernière catégorie est celle des citoyens à part entière. Contrairement au corps civique athénien, celui de Sparte est particulièrement faible : 1.000 à 1.500 hommes, suite à une réduction volontaire du nombre des naissances dans le but de concentrer les terres (les Spartiates étant avant tout des grands propriétaires terriens). En effet, les terres sont divisées à chaque succession. La plupart des couples cherchent donc à n’avoir qu’un seul enfant. Une fille unique hérite des biens de son père et les amène à son mari tout en en conservant la gestion.

La guerre du Péloponnèse génère des problèmes pour ce modèle figé depuis la création de la cité. En effet, l’utilisation d’hilotes à la guerre (rendue nécessaire par la faiblesse du corps civique) amène la création et l’extension rapide d’un corps inférieur, les néodamodes, libérés mais ne disposant pas de droits civiques. Pour contrer cette montée en puissance qui risque de déséquilibrer l’organisation spartiate, la cité devient de plus en plus dure et policière.
_____
C’est sur ces rapides considérations sur la société dans les deux cités que se clôture (il était temps, oui, je sais) la série de trois billets visant à comparer les deux plus célèbres cités de la Grèce antique.

Partager cet article

Published by Setebos - dans Histoire grecque
commenter cet article

commentaires

Magali 18/12/2009 18:49


Je suis en fac d'histoire et je suis très impressionnée par la densité d'informations et son agencement plutôt intelligent ! Même s'il manque effectivement les femmes et la religion (bien que cela
consisterait à un éventuel autre volet)à quelques petites choses près, c'est presque l'essentiel du programme de 1ère année. bravo pour cet esprit de synthèse


Wood 15/01/2009 21:45

Et Dieu, pardon, et les dieux dans tout ça ?

Y a-t-il des différences religieuses entre les deux cités ?

Setebos 16/01/2009 14:21


En Grèce, chaque cité a ses propres divinités tutélaires, et des cultes particulièrement prisés dans telle cité peuvent être marginaux dans telle autre, donc chercher à démontrer qu'il y a des
différences entre Sparte et Athènes reviendrait, je pense, à enfoncer une porte ouverte, d'autant qu'au fond, la conception qu'on se fait de la religion ne change pas d'une cité à l'autre : la
religion est intimement mêlée à la vie publique, c'est une caractéristique non seulement de la Grèce antique, mais plus largement, (du moins à ma connaissance) de toutes les sociétés antiques.

Toutefois, Sparte se caractérise par une religiosité particulièrement marquée : nombreux temples (fait amusant à noter, la divinité la plus honorée à Athéna, la même qu'à Athènes), très nombreuses
fêtes religieuses. Au point que l'envoi d'armées spartiates est fréquemment retardé par des fêtes religieuses (on pense, par exemple, à l'absence de Spartiates à Marathon, ou à leur très faible
contingent aux Thermopyles).


Richard LEJEUNE 13/01/2009 16:59

Mais non, il n'était pas "temps que cela se clôture" !
Bien au contraire : il est toujours intéressant de se remettre en mémoire les grands traits d'une histoire grâce à ce type de synthèse. Bravo à vous d'avoir pensé à la proposer à vos lecteurs.

Et j'ajouterais même, qu'il manque quelque chose d'essentiel dans ce troisième volet consacré à la société, et sans vouloir parodier un chanteur connu :
Où sont les femmes ????

A part des enfants, que leur est-il permis de faire dans cette société ????
Sont-elles libres ? Peuvent-elles être citoyennes ? Etc.

Je vous assure que quand on se trouve devant un auditoire d'Etudiants et d'Etudiantes, ce type d'interrogations ne ressortit nullement aux détails de l'Histoire !

Setebos 13/01/2009 19:36


Quand je disais qu'il était temps que ça finisse, je faisais en fait référence au fait qu'il était grand temps que je me décide à écrire la dernière partie de cette comparaison, ce que j'aurais du
faire depuis longtemps...

Et en effet, je me demande ou j'avais la tête quand j'ai écrit une partie consacrée à la société sans parler des femmes... Mon étourderie me perdra. Il faut que je rectifie ça, espérons que ça ne
me prendra pas plusieurs mois, cette fois-ci.