Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
11 février 2009 3 11 /02 /février /2009 20:12
Si vous vous êtes promené dans une librairie ces derniers temps, vous avez sans doute pu apercevoir un ouvrage d’Alain Minc, nommé Une Histoire de France. M. Minc, chef d’entreprise, ancien  président du conseil de surveillance du monde, éditorialiste, et proche de Nicolas Sarkozy, a donc décidé de nous offrir sa vision de l’Histoire de France, une vision qu’on imagine impeccablement documentée, au fait des avancées de la recherche dans le domaine et d’une honnêteté intellectuelle absolue. Ahem.

Cet ouvrage n’avait jusqu’ici provoqué chez moi qu’un haussement d’épaules, au pire accompagné d’un vague soupir. Après tout, si on devait lapider tous les pseudo-historiens qui nous infligent leurs livres, on n’aurait pas fini (et de toute façon, j’utiliserais tout mon stock de cailloux sur Max Gallo).

Et puis, ce matin, je suis tombé sur cet article du CVUH (Comité de vigilance face aux usages publics de l’histoire) consacré à l’ouvrage d’Alain Minc (article signalé entre-temps par ma consoeur Primavera).  Que l’Axis Mundi de la pensée historique d’Alain Minc soit de « grands personnages » autour desquels il compose son récit d’une sorte de France revisitée et mythifiée ne m’étonne guère. C’est exactement comme ça que j’imaginais son livre (ceci dit, qu’un proche d’un président connu pour sa bougeotte réformatrice en soit resté à des schémas intellectuels datant de la IIIè République a un certain sel).

J’apprends qu’Alain Minc a décidé de faire une approche comparatiste, ce sur quoi le CVUH résume très bien ma propre opinion : le comparatisme, ça peut être bien, mais quand c’est bien fait (autrement dit : peu de chances que ça soit bien dans le livre d’Alain Minc).

Et là, je tombe sur ce passage : « L’auteur parle de la « politique d’ouverture » (p.13) d’Auguste, […] d’une « immigration clandestine » dans l’Antiquité (p.18). »

Alors là, non ! M. Minc, amusez-vous avec vos « grands personnages » si ça vous chante, réécrivez une énième Histoire de la Grandeur-de-la-France-Monsieur centrée sur Jeanne d’Arc, Bonaparte et de Gaulle si vous y tenez tant que ça, mais laissez l’Antiquité en dehors de vos comparaisons boiteuses et malhonnêtes !

Non mais oh, c’est pas vrai ça, si on ne peut même plus être à l’abri des récupérations politiques quand on se spécialise dans l’Histoire Antique, ou va le monde, je vous le demande ? Ca, le coup de la « politique d’ouverture » d’Auguste, je ne l’avais pas vu venir ! Il fallait oser, quand même. L’immigration clandestine dans l’antiquité, à une époque ou la notion de frontière est plus que floue, c’est un joli coup aussi, chapeau.

N’ayant hélas pas pu ce matin trouver le livre de M. Minc, je n’ai pas pu le feuilleter pour explorer un peu plus en détail ses « arguments » (ahem) sur ces deux points. Pour cette raison, je ne vais pas m’attaquer à l’idée d’ « immigration clandestine ». Elle est grotesque, certes, mais manquant d’éléments sur le contexte dans lequel Alain Minc place cette idée, je ne pourrais pas être vraiment pertinent. En revanche, sur la politique d’ouverture d’Auguste, j’ai bien quelque chose à dire.

M. Minc, si, pour vous, la volonté d’Auguste de rassembler un maximum de personnes derrière lui, dans le cadre d’une idée profondément ancrée dans la mentalité romaine que le consensus entre les Hommes est nécessaire au consensus avec les dieux, qui permet le retour de la paix et de la prospérité (rappelons qu’à cette époque Rome sortait tout juste d’une période de guerre civile) a quoi que ce soit à voir avec le sens actuel d’« ouverture » (c’est-à-dire débaucher quelques personnalités plus ou moins en vue, plus ou moins attirées par la bonne soupe pour se donner un vernis de rassembleur sans idéologie), alors il y a vraiment un problème dans votre perception historique.

Si, comme c’est plus probable, vous savez pertinemment que ces deux idées n’ont rien à voir mais que vous utilisez malgré tout sciemment un terme qui a une connotation actuelle certaine, c’est encore pire. L’ignorance historique est une chose tout à fait acceptable (mais dans ce cas, on a la décence de ne pas écrire de livre d’Histoire), la malhonnêteté intellectuelle l’est déjà moins.

Par ailleurs, nos amis médiévistes seront ravis d’apprendre que dans l’Histoire française selon Alain Minc, Clovis a rétabli la « sécurité » (Il a mis au pas les délinquants Wisigoths qui faisaient peur aux honnêtes Francs qui se lèvent tôt ? (oui, je fais du mauvais esprit (mais j’ai le droit, je ne fais payer personne pour lire ma prose, moi (oui, c’était encore du mauvais esprit, je sais (cadeau bonus : y’aura-t-il le bon nombre de parenthèses fermantes ?)))))(facile).

Partager cet article

Repost 0
Published by Setebos - dans Don Quichottisme
commenter cet article

commentaires

alexi 06/07/2011 15:36


bonjour je viens de lire l histoire de france la moitie et je trouve que c est bien l histoire de france


alexi 06/07/2011 15:34


bonjour je viens de lire l histoire de france la moitie et je trouve que c est bien l histoire de france


alexi 06/07/2011 15:33


bonjour je viens de lire l histoire de france la moitie et je trouve que c est bien l histoire de france


yanik 29/03/2009 17:08

Ne soyons pas si dur avec ce pôvre Alain. Si ça se trouve, c'est même pas lui qui a écrit ça, il a pompé l'idée sur "un des ses petits-enfants" (je ne sais pas s'il en a), dans devoir d'histoire...

Setebos 30/03/2009 12:15


J'ose espérer que les éventuels petits-enfants d'Alain Minc ne collent pas de telles absurdités motivées par l'idéologie dans leurs devoirs !