Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
8 août 2008 5 08 /08 /août /2008 21:47

La cérémonie d’ouverture des Jeux Olympiques ayant eu lieu aujourd’hui, quel meilleur moment pour se livrer à une petite rétrospective ?

Les J.O tels que nous les connaissons aujourd’hui ont été recréés en 1896 par Pierre de Coubertin, sur le modèle des anciens Jeux Olympiques qui prenaient place dans l’Antiquité à Olympie, en Grèce.

Ces Jeux antiques ont comme date officielle d’institution 776 av. J.-C. Toutefois, elle est approximative, car définie d’après un mythe (celui de Pélops, considéré comme le fondateur des Jeux). Comme tous les concours qui avaient lieu en Grèce, les Jeux Olympiques avaient avant tout une signification religieuse. Le site d’Olympie est dédié à Zeus et à Héra, et le premier jour des cinq jours des Olympiades était consacré entièrement à des cérémonies religieuses au cours desquelles on rendait hommage aux dieux.

De même, au matin du troisième jour avait lieu une hécatombe, c’est-à-dire le sacrifice de cent bœufs.

Les diverses épreuves étaient la course de chars, la course de chevaux, le pentathlon (course, lutte, saut en longueur, lancer de disque et lancer de javelot), boxe, etc. Les Jeux étaient clôturés par une course entre guerriers en armes. Ces différentes épreuves ont été introduites aux VIIIè et VIIè siècle après Jésus-Christ.

Contrairement à ce qui a été un temps affirmé par certains courants historiographiques, les Olympiades n’ont pas été un temps un endroit ou des aristocrates concouraient pour la beauté du geste avant d’être corrompu par l’argent. De fait, les sommes en jeu ont, depuis le début, été considérables. Et si c’est bien l’aristocratie des cités qui participe majoritairement, notamment aux courses de chars et de chevaux, c’est parce qu’il faut payer soi-même l’équipement.

D’ailleurs, lesdites courses étaient courues par des auriges (pour les chars, jockeys pour les courses de chevaux) qui étaient en fait des esclaves  de l’homme qui payait l’équipement, et c’est ce dernier qui recevait le prix.

On le voit, on est loin du concours pour la beauté du geste. Dans le même registre, plusieurs cas d’athlètes en corrompant d’autres sont attestés, notamment dans les épreuves de lutte.

D’autre part, seul le vainqueur a droit aux honneurs. Le deuxième et le troisième n’ont rien.

Notons également que les manifestations de nationalisme exacerbé que nous valent les Jeux Olympiques modernes ne sont pas forcément un mal de notre temps. A Olympie déjà, les cités comptaient beaucoup sur leurs athlètes pour faire rayonner leur nom, n’hésitant pas à élever des statues à leurs vainqueurs, voire à se livrer à des pratiques quelque peu douteuses. Ainsi, la cité de Syracuse a tenté à plusieurs reprises de débaucher des athlètes de cités concurrentes ayant déjà gagné des épreuves.

On peut également préciser qu’il existe quelques différences notables entre les Jeux antiques et ceux d’aujourd’hui, autres que le nombre d’épreuves : le parcours de la flamme olympique est une invention datant successivement de 1928 (pour la flamme en elle-même) et de 1936 (pour les relais), il n’existait rien de tel dans l’Antiquité ; à l’époque, les Jeux se tenaient bien tous les quatre ans, mais toujours au même endroit, à Olympie (d’où le nom), et non pas en changeant de cité à chaque fois.

Les Jeux Olympiques Antiques, qui avaient survécu aussi bien à la conquête macédonienne qu’à la conquête romaine (plusieurs empereurs se sont d’ailleurs passionnés pour les Jeux Olympiques) ont disparu en 393 ap. J.-C., après plus de 1000 ans d’existence, suite à leur interdiction par l’empereur Théodose qui leur reprochait leur caractère païen.

_____

Ce très bref résumé est en partie rédigé à l’aide du numéro spécial de l’Histoire, intitulé Les Jeux Olympiques : d’Athènes à Pékin, sorti le mois dernier et toujours en vente actuellement.

Partager cet article

Repost 0
Published by Setebos - dans Histoire grecque
commenter cet article

commentaires

cfgfg 05/04/2009 13:23

c trop bien ce blog

Antioche-III 14/10/2008 22:22

merci, en tout cas il est très bon ton blog.

Antioche-III 14/10/2008 21:15

J'ai un petite question, après la conquête romaine, les jeux étaient disputés par qui ? Toujours des cités grecques ou bien par d'autres entités ?

Setebos 14/10/2008 22:12


A ma connaissance, les Jeux Olympiques ont accueilli des non-Grecs après la conquête romaine (le premier étant Tibère).
Après, concernant les modalités de cette ouverture, je ne sais pas du tout...


Anonyme 12/08/2008 14:32

Vous avez dit vous-même que ces valeurs n'ont jamais existé. En outre, je ne vois pas en quoi la chauvinerie serait mesquine, on a le droit d'être fier de ce que peuvent faire certains représentants de la communauté nationale. Communauté nationale qui peut sortir renforcée de ces victoires, rappelez vous de 1998...

Setebos 12/08/2008 16:05


Non, j'ai dit que ces valeurs n'avaient rien à voir avec l'antiquité. Et si pour vous, que la radio, la télé et autres journaux passent leur temps à parler des athlètes français qui finissent
derniers, sixièmes, quatrièmes, ou je ne sais quelle autre position strictement sans intérêt est plus intéressant et structurant pour la "communauté nationale" que relater les J.O dans leur
ensemble, libre à vous. Mais sachez que je ne partage guère votre point de vue.


Anonyme 11/08/2008 15:12

"Notons également que les manifestations de nationalisme exacerbé que nous valent les Jeux Olympiques modernes ne sont pas forcément un mal de notre temps."

En quoi serait-ce un mal ?

Setebos 11/08/2008 18:45


En quoi serait-ce un bien ?
(ça marche dans les deux sens, youpi)

Peut-être parce que l'Olympisme est censé représenter certaines valeurs qui ne sont pas celles de la chauvinerie mesquine ?