Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
17 juillet 2008 4 17 /07 /juillet /2008 14:20
Les sources anciennes nous présentent les empereurs comme étant "bons" ou "mauvais". En règle générale, un empereur défini comme mauvais par ces auteurs anciens est un empereur dont les rapports avec le Sénat romain étaient mauvais, voire exécrables, ce qui peut s'expliquer par le fait que la majorité des sources que nous possédons ont pour auteur un sénateur. Commode, par exemple, pour rester dans la lignée du dernier billet, est présenté comme un mauvais empereur, de même que Caligula ou encore Elagabal (enfin, lui, c'est différent, il est présenté comme le vice incarné et l'archétype du mauvais empereur).

Or, il se trouve que le Sénat dispose, après la mort d'un empereur, d'un moyen de le punir de sa mauvaise conduite. Ce moyen, c'est un procédé appelé la damnatio memoriae. Cette mesure est prise par le biais de senatus-consultes (décisions émanant du Sénat) (1) et consiste à faire disparaître toute trace de l'individu qu'elle frappe.
Bien qu’existant déjà à l’époque républicaine, elle est surtout célèbre pour son application lors du principat : en effet, elle a souvent servi à définir un prince comme étant un « mauvais empereur », par opposition à la consecratio qui fait de l'empereur décédé, un être divin et qui, elle, se veut la marque d’un « bon empereur ». Ainsi, des empereurs comme Domitien ou Commode (ce qui n'étonnera personne, étant donné la "cordialité" de ses rapports avec le Sénat) sont frappés par une condamnation de leur mémoire. La dynastie des Sévères se révèle riche en damnatio memoriae, avec Elagabal, le prédécesseur de funeste mémoire de Sévère Alexandre, où encore Sévère Alexandre lui-même, à qui il faut ajouter Geta, le frère de Caracalla, assassiné par lui et condamné sur son ordre

En effet, bien que théoriquement entre les mains du Sénat, la damnatio memoriae sert de fait, à l’instar de la consecratio, d’instrument politique entre les mains des empereurs. Ainsi Commode, pour en revenir au cas que nous avons déja quelque peu étudié, fut condamné après sa mort par le Sénat. Cependant, quelques années plus tard, Septime Sévère se proclame son frère, pour rattacher à lui la popularité dont jouissait cet empereur auprès du peuple : à cette occasion, il le fait réhabiliter et diviniser à des fins de politique dynastique. Commode est encore condamné sous Caracalla ou Macrin, quelques années après, avant d’être de nouveau réhabilité par Elagabal. Un parcours houleux qui montre bien les différences d'appréciation qui peuvent exister entre le Sénat et le peuple de Rome.

 De même, Geta, frère et éphémère co-empereur de Caracalla, assassiné par celui-ci qui n'entendait pas partager le pouvoir, se vit infliger une damnatio memoriae sur ordre de Caracalla, et non pas à cause d’un ressentiment du Sénat à son égard.

Maintenant que nous savons à qui cette mesure est destinée et dans quelles circonstances elle est prise, intéressons-nous à ses effets.

Les effets théoriques de la damnatio memoriae la plus sévère, celle prise à l’encontre de Domitien, sont décrits par Lactance : destruction de toutes les statues, martelage de toutes les inscriptions, et prise de décrets sévères visant à infliger une « flétrissure éternelle » à la mémoire du mort. Nous sommes également renseignés sur ce point par le Senatus consultum de Cn. Pisone Patre, pris par le Sénat à l’encontre de Cneius Pison sur ordre de Tibère, le 10 décembre 20 ap. J.-C. Ce document se révèle particulièrement précieux, car plusieurs copies en ont été trouvées en Espagne, permettant la restitution d’une part importante du texte, et sa compréhension.

Les mesures prises à titre posthume à l’encontre de Pison, qui s’est suicidé pour échapper au jugement du Sénat (pour l'assassinat de Germanicus, celui qui aurait du hériter du trône impérial après Tibère), y sont décrites en détail.
La condamnation se découpe en six mesures différentes :

- Interdiction pour la famille de Cn. Pison de porter le deuil ; destruction de toutes les statues et portraits de Cn.Pison, où qu’ils soient ;
- Interdiction de porter l’imago de Cn. Pison lors de funérailles de membres de sa famille ;
- Martelage de son nom sur une statue de Germanicus érigée sur l’Ara Providentiae, à proximité du Champ de Mars ;
- Confiscation des terres de Cn. Pison (sauf une partie, située en Illyrie et donnée par Auguste) et redistribution à ses deux fils et sa fille, en signe de l’indulgence du Sénat et de l'empereur ;
- Destruction d’une structure construite par Cn. Pison sur la Porta Frontinalis et ayant pour but de relier ses maisons privées.

On voit bien dans ces mesures l’objectif de disparition complète de Cn. Pison : après application de ces décisions, Cn. Pison non seulement n’existera plus, mais n’aura même jamais existé. Par extension, cet objectif est celui de toutes les damnationes memoriae.

A noter que la volonté affichée par un empereur de faire disparaître des monuments un ancien rival peut parfois donner lieu à des excès de zèle de la part des ouvriers chargés du martelage : ainsi, lorsque Caracalla fait condamner la mémoire de son défunt frère Geta, plusieurs exemples nous montrent que Publius Septimius Geta, frère de Septime Sévère, a parfois été confondu avec le frère de Caracalla, dont il porte le nom, conduisant à l’effacement de son nom sans raison.

_____

(1) Du moins dans les cas qui nous intéressent ici, à savoir les damnationes memoriae concernant les
empereurs. Mais il pouvait aussi exister des damnationes memoriae plus locales, prises par une cité à
l’encontre d’un notable, par exemple.

_____

P.S. : Ce billet est en grande partie extrait de mon mémoire de Master I. Je l'ai quelque peu retravaillé pour le rendre plus compréhensible par un non historien et, surtout, par quelqu'un n'ayant pas lu le début du mémoire, toutefois il est possible que, connaissant quelque peu le sujet, j'ai un peu perdu le sens des réalités et que ce qui m'apparaît clair ne le soit en fait pas. N'hésitez pas à le signaler en commentaire.

Partager cet article

Repost 0
Published by Setebos - dans Histoire romaine
commenter cet article

commentaires

Pauline Huon 07/02/2012 14:35

Bonjour,
Je suis tombé par hasard sur votre blog que je trouve très intéressant et très bien écrit.
Je suis actuellement en master 2 d'histoire ancienne et je travaille sur l'image de Caligula du texte à l'iconographie et je fais une partie sur la damnatio memoriae et le martèlement des têtes.
Auriez vous des choses intéressantes à me signaler sur ce sujet?
J'ai lu l'ouvrage de Varner sur le sujet qui est tout à fait passionnant et je peine à trouver autre chose...
Merci pour votre réponse.
Une étudiante en détresse :)

Linca 18/07/2008 19:02

En fait, je suis arrivé sur ce site par "histoire mon amour" et j'avais bien lu le post de la veille, j'avais juste oublié d'où venait cette référence... Bref.

Il y a un lien historique entre les deux traditions ?

Lou Landberg 18/07/2008 16:46

Votre papier est parfaitement clair et votre blog, où j'arrive par le biais de Primavera, s'annonce comme un régal. Mais franchement, le caractère en réserve sur fond noir, c'est pas un cadeau pour le lecteur astigmate (je serais étonnée que les myopes trouvent ça agréable. Quant aux presbytes…). A moins que vous ne comptiez opérer par ce biais une sournoise sélection des lecteurs jeunes, en pleine santé, et parfaitement performants???
Je blague.

Setebos 18/07/2008 16:55


En fait, je suis membre du Comité pour l'Eradication des Astigmates, et ce blog fait partie d'un vaste complot mondial (auquel participent les Illuminatis) visant à les éradiquer de la surface de
la planète, mwahahahaha.

Hm, en fait, c'est juste qu'on trouve difficilement quelqu'un ayant moins de sens artistique que moi, et que si je m'aventure en dehors du noir et blanc ça va être monstrueux, l'apocalypse
visuelle.

Mais c'est vrai que je n'avais pas pensé que ça pouvait se révéler un peu pénible à lire, du coup. Je vais voir ce que je peux faire.


Linca 17/07/2008 23:55

On faisait des choses du même genre en Egypte, non ?

Setebos 18/07/2008 07:34


Exactement. Par exemple, le pharaon Akhénaton a vu son nom effacé des stèles après sa mort.
Pour plus de renseignements, c'est par ici :

http://histoiremonamour.blogspot.com/2008/07/limportance-du-nom-dans-legypte.html